fbpx
Preloader
Yaoundé , 6éme étage Immeuble Africa Business Center, face Tribunal Millitaire

CAMEROUN : FINANCEMENT DE 100 MILLIARDS DE FCFA POUR L’AMELIORATION DU SERVICE D’ELECTRICITE. SOMMES-NOUS DANS L’ORDRE DES PRIORITES ?

Une somme obtenue à travers une convention de prêt signée par 8 banques, à savoir la Société Générale, Citibank, Afriland First Bank, BGFI Bank, Eco Bank, la CBC, la BICEC et la SCB. Selon Éric Mansuy, Directeur Général d’ENEO Cameroun, ceci va constituer la première étape du processus d’amélioration des services d’électricité dans le pays, qui nécessiterait 500 milliards FCFA.

Ce n’est désormais plus un secret de polichinelle, les détails sur l’emprunt bancaire récemment réalisé par ENEO Cameroun, sont désormais connus. Ils ont été mis à la disposition de l’opinion publique mercredi 3 février au cours de la cérémonie officielle de signature de l’accord de prêt avec les 08 banques locales citées pourvoyeuses de fonds. La cérémonie s’est déroulée au Hilton hôtel de Yaoundé en présence des ministres de l’économie, des finances et de l’Eau et de l’énergie. La transaction a été arrangée par Citibank et la Société Générale Cameroun, en partenariat avec six autres banques locales. Pour l’entreprise, ce financement « contribuera directement au renforcement des outils de production, au développement et à la modernisation de l’infrastructure de distribution, ainsi qu’à améliorer significativement l’expérience client ». Pour y apporter des solutions efficaces, l’entreprise a réalisé une levée de fonds radicale : au lieu des 30 milliards FCFA annuels dévolus à la maintenance du réseau, elle va y consacrer cette fois-ci, 100 milliards.

Le Directeur Général d’ENEO a affirmé : « Le problème du Cameroun, ce n’est pas la production, mais plutôt la qualité du réseau et des services à la clientèle ». « Nous allons commencer par le plus urgent, […] remplacer les poteaux en bois par un mix béton-métal fabriqué ici au Cameroun, et répandre les compteurs prépayés ». Des travaux qui ont déjà débuté dans les grandes villes du pays, notamment Yaoundé et Douala.

Le Directeur Général D’ENEO l’affirme en totale contradiction avec la vérité du terrain. Il peut y avoir certes un souci de distribution, mais le fondamental problème reste toujours celui de la production.

Le Cameroun dispose du deuxième potentiel énergétique en Afrique mais ne produit pas plus de 1300 mégawatts. Il y’a de tout point de vue un déficit énergétique pour parler de problème de distribution. Il y’a lieu de dire pour le dénoncer, la charrue a été mise à disposition avant les bœufs.

La SID Cameroun S.A (Société d’Investissement et de Développement des Villes Futuristes du Cameroun) préoccupé par le drame permanent que vivent les camerounais, a le souci de mettre fin à ce calvaire. Voilà pourquoi avant la construction des villes futuristes, elle prévoit la construction d’un barrage hydroélectrique d’une capacité de 11 000 Mégawatts dénommé Barrage de la Nouvelle Naissance Economique, symbole de la révolution économique du Cameroun. Cette électricité viendra résoudre le déficit énergétique que connais le pays actuellement et le surplus sera commercialisé dans les pays voisins.

Un projet à grande échelle sur lequel toutes personnes physiques ou morales sont appelées à venir investir pour le développement du Cameroun.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


SID CAMEROUN

GRATUIT
VOIR