fbpx
Preloader
Yaoundé , 6éme étage Immeuble Africa Business Center, face Tribunal Millitaire

Cameroun ou le problème d’une mentalité rétrograde

A l’évocation d’une ville futuriste, l’on voit surgir l’idée de la modernisation et de la modernité. Et pour entamer sa construction, la quasi-totalité des personnes sont unanimes que changer de mentalité est forcément un processus établi nécessaire et même primitif. Il est à reconnaitre l’urgence en même temps que la diligence à convertir l’ossature mentale de chaque camerounais.

Relativement triviale, la mentalité se définirait comme usages et coutumes dans un ensemble d’expériences, de croyances et de valeurs pouvant influencer notre perception jusqu’à l’acte que l’on pose face aux situations à un moment donné.

Il est donc évident qu’on ne pourra penser efficacement à bâtir une ville futuriste au Cameroun que si définitivement les populations tournent le dos à certains acquis culturels et programmes mentaux qui conduisent notre quotidien depuis plusieurs siècles.

En somme, le Cameroun et les Camerounais doivent résolument s’intégrer dans une phase de révolution de leurs mœurs, s’il est à nourrir l’espoir de sortir du gouffre dans lequel il semble embourbé. Il n’y a aucune perspective heureuse pour une industrialisation forte et prospère, facteur de développement économique et technologique du pays, sans le préalable d’un changement de mentalité et de culture.

Il se trouve ainsi greffées dans les cerveaux des camerounais, des habitudes héritées du passé lointain dont il faille changer.

Ce sont entre autres :

Atteinte à la pudeur :

  • uriner et déféquer dans les coins de rues ;
  • chansons à répétition désignant la sexualité ;
  • injures et insultes publiques ;
  • disputes violentes ;
  • bagarres ;
  • fumer dans les espaces publics ;
  • tolérance et extension des lieux de prostitution (chambres de passe, motels et lieux publics…).

Indécence vestimentaire :

  • culottes et pantalons en dessous de la taille,
  • mini-robes entrevoyant le dessous et parfois les organes strictement intimes,
  • habits moulants mettant en exergue la nudité…

Vandalisme et insubordination :

  • destruction des panneaux publicitaires,
  • affichage non autorisé des messages et images à l’endroit du grand public,
  • manifestations et marches non accréditées,
  • casse des édifices et biens publics,
  • indulgence au sujet des commerces clandestins et des lieux non appropriés,
  • tripatouillages des installations d’eaux et d’électricité,
  • non entretien des installations sanitaires et électriques.

Rébellion aux autorités :

  • refus d’inscription aux listes électorales et rejet de vote,
  • déshonneur aux parents,
  • mépris des autorités administratives,
  • rejet de l’autorité spirituelle,
  • déloyauté,
  • insoumission,
  • insurrections,
  • destruction des biens et patrimoines publics,

Violation du code de la circulation :

  • non-respect des feux tricolores,
  • garer sans signaler en clignotant,
  • ramassage des clients en engorgeant et en obstruant la chaussée
  • parking désordonné et même non existant dans les immeubles…

Insalubrité notoire :

  • Abandon des vielles voitures dans la ville  ou des carcasses de véhicules en bordure des routes,
  • vider les ordures dans la rue et dans les rigoles,
  • vidanger les fosses septiques et les W-C dans les rigoles en temps de pluies,
  • verser les eaux usées sur la voie publique,
  • enflammer les bacs à ordures et autres décharges dans les quartiers,
  • salir les bâtiments publics,
  • faire tags et des graffitis sur les murs et les édifices publics,
  • jeter les ordures hors des bacs et lieux indiqués,
  • surcharge dans les voitures de transport public,
  • transport en véhicules carcasses et cabossés,
  • désagréments et injures entre automobilistes.

Népotisme :

  • absentéisme au travail,
  • bavardage inutile en lieu de service,
  • parler longtemps au téléphone pendant le service,
  • dissuader quelques fonds ou primes à autrui,
  • clanisme au sein des collègues,
  • retard au travail,
  • manque d’ardeur au travail,
  • favoritisme,
  • clientélisme.

Alcoolisme :

  • vente illicite de la boisson,
  • absorption de boissons alcoolisées par les jeunes,
  • vente illégale et consommation des stupéfiants. 

Incivisme caractérisé :

  • occupation anarchique des espaces publiques,
  • occupation illicite de la chaussée et autres espaces publics lors des cérémonies funèbres,
  • constructions anarchiques dans la ville sans autorisation,
  • appels téléphoniques hurlant en lieu public,
  • conversations téléphoniques en conduisant,
  • construction sur les terrains à risque,
  • délinquance juvénile,
  • nuisances sonores
  • bagarres dans la ville,
  • destruction du dispositif de distribution d’eau (tuyauterie) et de l’électricité (câbles et disjoncteurs),
  • retard systématique au rendez-vous,
  • conduite en état d’ébriété.  

Mœurs et pratiques collectives :

  • violation de domiciles privés,
  • égoïsme,
  • orgueil,
  • paresse,
  • criminalité (crimes rituels, passionnels ou professionnels …),
  • promiscuité,
  • prostitution,
  • manipulation,
  • cupidité,
  • gaspillage,
  • corruption (pots de vin et autres service-enveloppes…),
  • agressions (verbales ou à main armée aussi bien en journée que dans la nuit),
  • vol,
  • violences conjugales
  • viol…

 Antipatriotisme : 

  • détournement de deniers publics,
  • gabegie,
  • désamour du pays,
  • régionalisme,
  • tribalisme

Il existe aussi des signes de mentalités altérées tels que :

  • L’injustice ;
  • L’insouciance (absence de réflexion, indécision, manque d’objectivité et d’ambitions) ;
  • L’oisiveté ;
  • La bêtise (plaisanteries, absurdité, bref manque d’intelligence) ;
  • La multiplication des sectes avec des croyances tribales sur la sorcellerie ;
  • Le goût des choses dérisoires (fêtes cérémonies somptueuses) ;
  • Le culte de la personnalité ;
  • Le développement des jeux de hasard ;
  • Le goût de la facilité ;
  • Les ruses ;
  • Les conflits et engueulades entre voisins ;
  • Les attroupements inexpliqués dans les rues ;
  • Les batailles ethnico tribales ;
  • Les divisions ;
  • Les effectifs pléthoriques dans les écoles ;
  • Les calomnies ;
  • Les jalousies ;
  • Des incessantes guerres politiques ;
  • Des cercles de compétences familiaux…

C’est en abandonnant ces comportements par la sensibilisation et l’éducation, moyen de développement indispensable, que le Cameroun et les camerounais verront la concrétisation de l’initiative de construction d’une ville futuriste, gage de la prospérité./-

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


SID CAMEROUN

GRATUIT
VOIR