fbpx
Preloader
Yaoundé , 6éme étage Immeuble Africa Business Center, face Tribunal Millitaire

Cameroun: L’eau en qualité et en quantité (Chutes de NGO NJOCK LIPO à ESEKA)

L’eau est indispensable à la vie. Par ailleurs, sous sa forme d’eau douce, l’eau est indispensable à la plupart des activités humaines ; c’est un bien économique. L’homme utilise de l’eau à des fins domestiques, pour ses activités agricoles, notamment l’irrigation, pour la production hydroélectrique et pour la plupart de ses activités industrielles. La gestion optimale de cette ressource exige le passage d’une stratégie de gestion sectorielle de l’eau à celle de la gestion intégrée. Le Cameroun est l’un des pays en Afrique subsaharienne qui dispose des grandes quantités d’eau tant de surface que souterraine, avec aussi une source intarissable naturelle à savoir la mer.

  1. Les ressources en eau
  1. Les eaux de surface (dans les fleuves côtiers et les bassins)

L’eau de surface est l’eau qui se trouve à la surface ou proche de la surface du sol. Il s’agit pour l’essentiel des cours d’eau, des océans, des mers, des lacs et des eaux de ruissellement. Elles sont également appelées eaux superficielles, elles sont constituées, par opposition aux eaux souterraines, de l’ensemble des masses d’eau courantes ou stagnantes, douces, saumâtres ou salées qui sont en contact direct avec l’atmosphère.

NB : nous ne tiendrons pas compte dans ce cas des eaux de l’eau de mer.

Les volumes d’eau apportés par les bassins des fleuves côtiers tels que : le Nyong, le Ntem ; la lekoundjé, la Krenek, la lobé, le Wouri, le Moungo, la Dibanba, Akwa Yafé, le Ndian, la Moko, la Mémé, la Sandjé etc.  94, 82 km3, celui de la Sanaga sera de 63,18 km3, le bassin du Niger dispose de 43,91 km3 pendant que celui du Congo nous donne 33,45 km3 (1 km3 = 1milliard de mètre cube d’eau), faisant un total de 267 880 000 000 m3 d’eau.

ilan quantitatif des ressources en eau de surface

Bassin

Volume d’eau (km3)

% par rapport au volume national

Lac Tchad

32,52

12,14

Niger

43,91

16,39

Sanaga

63,18

23,59

Congo

33,45

12,49

Fleuves côtiers

94,82

35,40

Total

267,88

100

Tableau 1:PLAN D’ACTION NATIONAL DE GESTION INTEGRRE DES RESSOURCES EN EAU(PANGIRE 2009)

b. Les eaux souterraines

Les eaux souterraines sont toutes les eaux se trouvant sous la surface du sol, dans la zone de saturation et en contact direct avec le sol ou le sous-sol. En tant que ressource naturelle vitale et plus ou moins renouvelable et parfois transfrontalières.

L’essentiel des ressources en eau souterraine du Cameroun est réparti dans deux grands types de formations géologiques : les formations sédimentaires et la zone de socle. Parmi les formations sédimentaires trois grands ensembles de réservoir se distinguent : le bassin sédimentaire du Lac Tchad à l’extrême-Nord, le bassin sédimentaire de la Bénoué au Nord, et le bassin sédimentaire de la région côtière au Sud-Ouest du pays. La zone de socle qui représente plus de 90 % du territoire n’emmagasine que 27,51 % des ressources en eau souterraine. Une faible proportion des ressources en eau se trouve dans les formations d’altération et dans les failles des zones cristallines et volcaniques. Il convient de signaler l’existence de quelques bassins sédimentaires secondaires qui sont très mal connus. Les ressources en eau souterraine du Cameroun sont évaluées à 55,98 km3 ; ce volume représente 21 % des ressources en eau de surface.

Bilan quantitatif des ressources en eau souterraine

Aquifères

Volume d’eau (km3)

% par rapport au volume total

Bassin sédimentaire du Lac Tchad

3,2

5,72

Bassin sédimentaire de la Bénoué

15,75

28,14

Bassins sédimentaires côtiers

21,6

38,64

Zone de socle

15,40

27,51

Total

55,98

                100

Tableau 2:PLAN D’ACTION NATIONL DE GESTION INTEGREE DES RESSOURCES EN EAU(PANGIRE 2009)

c. Eaux de mer

L’eau de mer est une étendue d’eau salée, qui occupe la plus grande partie de la surface terrestre. Le Cameroun dispose de 590 km de côte maritime, la zone délimitée de la mer de kribi a une surface de 54.140 hectares de surface, quelle richesse pour le Cameroun.

2. Les besoins en eau au Cameroun

L’ensemble des besoins en eau dans l’usage domestique, dans l’élevage, dans l’irrigation, dans l’hydroélectricité, l’industrie et les mines par rapport à la disponibilité en eau dans les bassins du lac Tchad, du Niger, celui du Congo et la Sanaga et tous les fleuves côtiers représente 4,14% (PANGIRE 2007 : plan d’action national de gestion intégrée des ressources en eau) de ces eaux de surface.

Malgré l’abondance des ressources en eau et la diversité des technologies de mobilisation, le niveau de satisfaction est encore faible les différents secteurs, parce que la demande en eau est croissante dans tous les secteurs d’activité, par ailleurs le Cameroun se veut émergent d’ici 2035, une émergence est synonyme de développement.

Cet au regard de cette émergence futuriste, que la Société d’Investissement et de Développement des Villes   Futuristes du Cameroun (SID CAMEROUN SA) met sur pied un programme de démesure plus qu’à DUBAI afin d’attirer tous les touristes du monde entier.

L’eau étant au cœur de cette grande vision, que ce soit dans l’hydroélectricité, l’industrie lourde (sidérurgie, cimenterie, élevage, la pèche, l’immobilier, les mines), SID CAMERFOUN SA exploitera à près de 40% les eaux de surface et surtout l’eau de mer afin que l’eau soit à la portée de plus 40 millions de foyers, et satisfaire aussi la demande des pays satellites au Cameroun.

Des fleuves seront exploités pour des barrages de 22 000 mégawats dans l’ensemble avec un premier de 11 000 mégawats. L’objectif restant la satisfaction de la demande nationale dans les villes futuristes et dans toutes les régions du Cameroun dans le long terme et l’exportation de l’énergie.

Par ailleurs, des usines de dessalement moderne seront installées au bord de la mer de kribi qui produiront des centaines de milliards de mètres cube d’eau afin que l’eau au Cameroun ne soit plus une denrée rare, mais toujours disponible jusqu’aux confins de nos villages.

Importance des investissements camerounais pour la création des entreprises 100% Camerounaises

    La plupart des entreprises dans le territoire camerounais n’appartiennent pas aux camerounais, mais aux étrangers, toutes ces entreprises font des bénéfices qui sont exportés et développent leurs pays d’origine, le Cameroun demeure sous développé et quelques camerounais salariés se contentent des rémunérations de subsistance. Parce que, ce sont les investisseurs de ces entreprises qui bénéficient des dividendes annuelles, l’argent commence à travailler pour eux, et deviennent de plus en plus riches, et les camerounais demeurent salariés et des éternels insatisfaits.

  Ayant pris conscience de ces manquements (en investissements des camerounais en masse), tous les camerounais aujourd’hui par la SID CAMEROUN S.A, décident de devenir actionnaires dans cette entreprise révolutionnaire afin que tous les mégas projets de la SID Cameroun S.A soient réalisés par les investissements des camerounais et que ces derniers bénéficient des dividendes de génération en générations.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Nécrologie: Le Directeur Général de la société d'investissement et de développement des villes futuristes du Cameroun a le regret d'annoncer le décès de Dr Tsala Essomba, Président du Conseil d'administration de la SID S.A Cameroun ; décès survenu le dimanche 18 juillet 2021 à Yaoundé. Le Directeur Général adresse à son épouse et à l'ensemble de la famille si durement éprouvée, les condoléances les plus attristées de tout le personnel auxquelles il associe l'expression de sa profonde compassion.
This is default text for notification bar
SID CAMEROUN

GRATUIT
VOIR