fbpx
Preloader
Yaoundé , 6éme étage Immeuble Africa Business Center, face Tribunal Millitaire

L’énergie au Cameroun: Solutions de SID Cameroun aux problèmes d’électricité

Pendant que les besoins en électricité dans le pays croissent chaque année de 7,5 %, les chantiers de barrages prennent du retard, laissant craindre une aggravation des délestages.

L’énergie au Cameroun: Solutions de SID Cameroun aux problèmes d’électricité.

Les populations déplorent de plus en plus la mauvaise qualité du service publique de l’électricité caractérisée notamment par des baisses de tension et de surtension, des interruptions régulières et des variations de fréquences ainsi que des incendies récurrents et circuits électriques. Il y a bien évidement nombres d’interrogations de la part des Camerounais s’agissant notamment de la cohérence de leurs attentes en tant que consommateurs d’électricité et le service qui leur est fourni par les opérateurs du secteur de l’électricité au Cameroun.

L’enjeu énergétique pour tous les pays du monde et singulièrement pour des pays sur la voie de l’émergence à l’instar du Cameroun constitue une problématique essentielle aussi bien pour l’économie nationale que pour les masses populaires.

FAISONS UN PETIT ETALAGE DES BARRAGES DU CAMEROUN POUR EVALUER LE POTENTIEL ENERGETIQUE DE CES DERNIERS. PAR-LA, LA SOURCE DES PROBLEMES ENERGETIQUES DU CAMEROUN ET LE COMBAT DE LA SID CAMEROUN S.A SE FERONT COMPRENDRE SANS OMBRAGES.

Le Barrage de Chollet

C’est une centrale hydroélectrique en projet avec une capacité prévue de 600 MW pour une hauteur de 108 m (chute de 85 m).

Le barrage sera mis en place sur la rivière Dja/Ngoko, à cheval du Cameroun et du département congolais de la Sangha, au nord du pays. Son chantier devait démarrer avant la fin de 2018.

Ce projet de houille blanche (énergie hydraulique fournie par les chutes d’eau en montagne) est le sujet d’un accord entre le Cameroun et le Congo, qui ont formé un comité entre-États pour sa gestion, et sera bâti par la société chinoise Sinohydro, à un coût estimé de 700 millions de dollars (354-670 milliards de francs CFA)

La centrale sera un composant des réseaux électriques des deux pays frontaliers ainsi que la sous-région de l’Afrique centrale (Gabon, Centrafrique) à l’avenir.

Le Barrage hydroélectrique d’Édéa

C’est la plus vieille centrale hydroélectrique du Cameroun. Implantée sur la Sanaga dans la ville d’Édéa, la centrale hydroélectrique d’Édéa a une capacité de 276,4 MW. Elle alimente le réseau interconnecté Sud.

La construction progressive de la centrale hydroélectrique d’Edéa fut entamée dans les années 1950 avant l’indépendance du Cameroun. Le barrage fut inauguré le 5 février 1954. La centrale Édéa I, inaugurée en 1954 en même temps que le barrage, comportait à l’origine deux groupes de 11 MW ; elle a été complétée par l’équipement de 1955 à 1958 de la centrale d’Edéa II comportant 6 groupes de 20,8 MW chacun ; parallèlement un troisième groupe de 11 MW était installé à Edéa I, pour permettre l’alimentation en énergie électrique des installations d’électrochimie que la société ALUCAM venait de mettre en service à Edéa. Ultérieurement, la centrale d’Edéa a été étendue grâce à l’équipement par étape entre 1966 et 1976 par ENELCAM d’abord et SONEL par la suite de la centrale d’Edéa III (cinq groupes de 20,8 MW chacun)

Construit dans les années 1950, la sécurité du déversoir (structure construite pour dériver ou évacuer l’eau retenue derrière un vannage ou barrage fixe) n’était plus assurée en 2008 avec un risque élevé d’importantes pertes énergétiques de la centrale hydroélectrique. En décembre 2008, un contrat entre AES Sonel et la société allemande DSD NOELL GmbH a été signé pour construire un nouveau déversoir à 6 m en aval de l’axe de l’ancien barrage. Le contrat de prestation intégrait la conception, la fabrication et le montage de 6 vannes radiales du déversoir à moteur hydraulique, chacune de 18 m de large et 7,5 m de haut, d’un ensemble de batardeaux, d’un portique de levage au niveau du déversoir pour l’utilisation des batardeaux et pour la maintenance des vannes radiales, de 6 ponts en acier pour l’accès au déversoir et d’un système de contrôle local et à distance. Cette réhabilitation a permis d’augmenter la capacité de la centrale de 4 MW, la portant de 263 à 267 MW

En 1953, peu avant l’inauguration, la République française émet un timbre de 15 F intitulé « Barrage d’Édéa »

Le Barrage de Lom-Pangar

Il s’agit un barrage en remblai avec une section contenant un barrage poids actuellement en construction sur la Lom, environ 88 kilomètres au nord de Bertoua dans la Région de l’Est du Cameroun. Il est situé environ 4 kilomètres en aval de la confluence du Lom et du Pangar et environ 13 kilomètres en amont de là où la Lom rencontre la Sanaga.

Le barrage a pour but de produire de l’hydroélectricité et de réguler les niveaux d’eau de la Sanaga ; la région autour du barrage souffre d’un accès intermittent ou inexistant à l’électricité. Il pourrait faire partie d’une plus grande cascade de barrages sur la Sanaga

La Banque africaine de développement a prêté 71,1 millions de dollars pour le projet en novembre 2011. La banque mondiale a aussi validé un prêt de 132 millions de dollars en mars 2012, et le président du Cameroun, Paul Biya, posa la première pierre du barrage le 3 août 2012. La Banque européenne d’investissement a validé un prêt de 39 millions de dollars en octobre de la même année. L’Agence française de développement contribue à hauteur de 60 millions d’euros au Plan de Gestion Environnemental et Social

China International Water & Electric Corporation construit le barrage et l’usine hydroélectrique. La construction nécessita de déplacer 80 familles, relogées dans des villages avoisinants ou dans un nouveau village en briques construit par la compagnie. Un batardeau (barrage provisoire établi sur un cours d’eau) pour dériver la rivière autour des fondations du barrage fut terminé en juillet 2013. La mise en eau du barrage commença en 2015, et des lâchers d’eau durent être effectués en novembre 2015 pour cause de pluviométrie importante.

La zone a été déclarée parc naturel en 2012, et la chasse est désormais interdite.

Le projet devrait être terminé en juillet 2016. La construction du barrage est par la suite reportée à la fin de l’année 2016, et celle de la centrale hydroélectrique en 2018

Depuis la mise en eau du barrage, environ 10 000 pêcheurs, pour la plupart venus de l’Extrême-Nord, se sont installés aux alentours du réservoir du barrage, où la pêche est bonne.

Le Barrage-Réservoir de la Mapé

C’est un barrage de retenue camerounais situé dans l’arrondissement de Bankim (région de l’Adamaoua, département de Mayo-Banyo), à 11 km au nord-est de Magba, sur la rivière Mapé, Il est destiné à réguler le niveau du fleuve Sanaga afin d’augmenter la production d’hydroélectricité des barrages aval

Le projet a démarré en 1985, et la construction par la SONEL s’est achevée en 1988

La gestion a successivement été assurée par la SONEL puis AES Corporation Sonel puis Eneo. En août 2015, cette dernière en a annoncé le transfert à Electricity Development Corporation, avec celle des barrages de retenue de Mbakaou et de la Mapé, dans le cadre d’une réforme réglementaire.

Le Barrage Hydroélectrique de Mekin

C’est un barrage au sud du Cameroun. Implanté sur le Dja et la Lobo, dans la localité de Mekin à l’est de Mvomeka’a, sa mise en service, longtemps retardée, était prévue pour 2015

Le barrage est prévu pour générer 15 MW de puissance. Il est équipé d’une ligne de transport de 33 km

La mise en eau du barrage a entraîné des inondations des ponts et forêts avoisinantes et autres conséquences écologiques probablement non anticipées.

Le Barrage Hydroélectrique de Memve’ele

est une centrale hydroélectrique camerounaise en cours de finalisation, situé à Nyabizan sur le fleuve Ntem, à 300 km de Yaoundé dont il est destiné à assurer l’approvisionnement électrique en remplacement du barrage vieillissant de Songloulou. D’une capacité de 211 MW, la finalisation de sa construction par l’entreprise chinoise Sinohydro et celles des lignes de raccordement devraient permettre à la production électrique d’être effective en 2018.

Le Barrage Hydroélectrique de Mokolo

Est un barrage de l’Extrême Nord du Cameroun. Implanté sur le Mayo Tsanaga, dans la localité de Douvar, à 5 km au nord de Mokolo, sa mise en service a eu lieu en 1980

Ce barrage est un des premiers construits au nord du Cameroun. Construit entre 1978 et 26 septembre 1979

Ce barrage est un barrage de retenue d’eau construit en cuvette entourée de montage ; il sert de point d’eau de consommation pour les localités avoisinantes.

Le site est une attraction touristique car les eaux abritent des crocodiles.

Le Barrage de Nachtigal

est un village du Cameroun situé dans la région du Centre et le département du Mbam-et-Kim. Il fait partie de la commune de Ntui.

Depuis 2018, des infrastructures hydroélectriques sont en cours de construction. Financées par EDF, la SFI et le Cameroun, elles produiront 30% des besoins énergétiques du pays. Les travaux de construction sont réalisés par les entreprises BESIX, constructeur de la plus haute tour du monde à Dubaï, NGE et SGTM.

La construction d’un site hydroélectrique sur la Sanaga en amont de Nachtigal est en projet. La Nachtigal Hydro Power Company (NHPC), qui en est chargée, est créée le 7 juillet 2016 par un consortium mené par EDF et l’Etat camerounais dans le but d’exploiter le barrage. Elle est détenue à 40 % par EDF International, à 30 % par le gouvernement et à 30 % par la SFI (Société Financière Internationale). Elle dispose de la concession d’exploitation pour une durée de 35 ans et des droits fonciers sur le site de l’ouvrage hydroélectrique ( Confère :Wikipedia  publication du 16/11/20)

En novembre 2018, EDF, ICF (Filiale de la Banque Mondiale) et la République du Cameroun ont signé les accords définitifs pour la construction du barrage hydroélectrique de Nachtigal :

EDF VA CONCEVOIR, CONSTRUIRE ET EXPLOITER PENDANT 35 ANS UN BARRAGE ET UNE USINE HYDROÉLECTRIQUE DE 420 MW SUR LE FLEUVE SANAGA au niveau des chutes de Nachtigal, à 65 km au nord-est de Yaoundé. Le projet comprend aussi la construction d’une ligne de transport d’électricité de 50 km jusqu’à Nyom. Il est porté par la société NHPC (Nachtigal Hydro Power Company), constituée par EDF (40 %), IFC (30 %) et l’État du Cameroun (30 %). Nachtigal couvrira 30 % des besoins énergétiques du pays, avec une production annuelle de près de 3 TWh.

Les études d’impact se sont montrées encourageantes, avec seulement 5 familles à reloger.

Le Barrage Hydroélectrique de Song Loulou

Est la plus importante centrale hydroélectrique du Cameroun. Implantée sur la Sanaga dans la commune de Massock-Songloulou, à environ 55 km au Nord-Ouest et à l’amont d’Édéa, la centrale hydroélectrique de Song Loulou a une capacité de 384 MW. Sa côte de retenue est de 528 m.

Le chantier de construction du barrage de Song Loulou fut ouvert en 1976. Le barrage hydroélectrique de Song-Loulou fut inauguré le 14 novembre 1981 par le Président de l’époque Ahmadou Ahidjo.

Ses installations présentent des fissures dues au vieillissement.

Dans une lettre ouverte du 27 janvier 2015, le Syndicat National des Travailleurs du Secteur de Développement des Ouvrages de Production, de Transport et de Régulation de l’Électricité a tiré la sonnette d’alarme sur l’état sécuritaire du barrage hydroélectrique de Song Loulou au regard du vieillissement du matériel d’installation et de la dégradation des murs de soutènement du barrage de Song Loulou

La gestion, qui a successivement assurée par la SONEL puis AES Sonel puis Eneo a été progressivement transférée à partir d’août en 2015 à Electricity Development Corporation, avec les barrages de retenue de Mbakaou, de Bamendjing et de la Mapé.

Dans le même temps, Eneo s’engage à financer une première tranche de travaux d’urgence, pour un montant de 11 milliards de F CFA (16,77 millions d’euros)

Nous constatons en réalité, aucun des huit (08) barrages n’est financé, ni réalisé par les camerounais, que des étrangers (Chinois, Français …).

LE COMBAT DE LA SID CAMEROUN SA EST REEL, CETTE SOCIETE D’INVESTISSEMENT ET DE DEVELOPPEMENT DES VILLES FUTURISTES DU CAMEROUN VIENT AVEC DES PROJETS CONCRETS, UNE SOLUTION FACE AUX PROBLEMES DE COURANT, DE PAUVRETE REALISABLE SI ET SEULEMENT SI TOUS LES CAMEROUNAIS SE REUNISSENT ET S’UNISSENT POUR LA REALISATION D’UNE CIMENTERIE AUX INVESTISSEMENTS 100% CAMEROUNAIS, D’UN BARRAGE HYDROELECTRIQUE D’UNE CAPACITE DE 11 000 MEGAWATTS, D’UNE USINE DE SIDERURGIE ET DE BITUME.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


SID CAMEROUN

GRATUIT
VOIR