fbpx
Preloader
Yaoundé , 6éme étage Immeuble Africa Business Center, face Tribunal Millitaire

Développer le système médical et hospitalier : Un axe majeur du tourisme médical

Le tourisme médical,  concerne des personnes bien nantis qui se font soigner hors de leur pays de résidence habituel. Les raisons sont multiples lorsqu’on recherche la qualité des soins, des installations modernes ou simplement une expertise médicale inexistante ou indisponible dans le pays où l’on vit habituellement.

sidsanteAu Cameroun en 2008, le Ministère de la Santé Publique, comptabilisait une soixantaine d’évacuations sanitaires hors du pays, pour une facture globale d’environ 500 millions de FCFA. Ces évacuations sanitaires sont devenues de plus en plus prisées, à telle enseigne que le 21 février 2020, Monsieur le Secrétaire Général du ministère camerounais de la Santé Publique SINATA KOULA SHIRO, révélait dans son discours de présentation des vœux au Ministre, que les évacuations sanitaires à l’étranger pour le compte de l’année 2019, ont coûtées près de 1,5 milliard de FCFA au trésor public camerounais. Bien que le nombre de ces évacuations sanitaires à l’étranger ait connu une légère baisse en passant de 124 en 2018 à 114 en 2019, le constat fait est que, les dépenses y relatives qui ne bénéficient en fait qu’aux membres du gouvernement et assimilés, ainsi qu’aux agents de l’État, ont plutôt triplées ces dix dernières années.

Même si les cas d’évacuations décriés peuvent trouver un début de justification, selon les déclarations d’un responsable du Ministère des Finances chargé du déblocage des fonds : « la hausse ou la baisse du nombre des évacuations, qui coûtent en moyenne dix millions de FCFA par cas, n’a aucun lien réel étroit avec le montant global déboursé par l’État. Car, le coût d’une évacuation est fonction de la pathologie ». Selon les experts de la santé, la hausse des évacuations sanitaires à l’étranger s’explique par le manque d’équipements appropriés, opérationnels à 20 ou 25% pour ceux qui existent, et le déficit de spécialistes de certaines pathologies.

Pour inverser cette tendance, le gouvernement camerounais a lancé depuis 2008, la modernisation du plateau technique de certains hôpitaux et la construction de structures de santé de référence. Bon nombre de ces investissements ont été réalisés dans le cadre d’un programme d’urgence triennal doté d’une enveloppe de près de 1000 milliards de FCFA, sans pour autant infléchir la courbe des dépenses en évacuations sanitaires. La cause principale est le manque d’énergie. Quand on sait que l’électricité est capitale pour le fonctionnement d’un hôpital, comment s’étonner qu’il dispose aussi de générateurs de forte puissance dans certains pays pour compenser les baisses de tension ou les coupures intempestives. En effet, quels que soient les équipements d’un hôpital ou d’un centre d’accueil médicalisé, faute d’une alimentation suffisante et permanente en énergie, il n’est pas possible d’apprécier la qualité des infrastructures du dispositif médical.

Actuellement, le Cameroun tourne au ralenti parce que sa production énergétique répartie entre 57% de source hydraulique, 21% de source thermique au gaz, 10% de source thermique au fuel léger et 13% de source thermique au fuel lourd, en réalité plafonne à 990 Mégawatts environ, ce qui s’assimile à une goutte d’eau dans la mer. La SID Cameroun S.A, à travers son programme de construction du barrage hydroélectrique de 11.000 Mégawatts, favorisera la construction d’un système médical ultramoderne qui va regrouper la médecine naturelle, scientifique et conventionnelle. De ce fait, le Cameroun sera doté d’infrastructures médicales sophistiquées, avec la production des plantes médicinales et leurs transformations (fabrication des médicaments naturels ou scientifiques) avec des équipements modernes et des technologies de pointes.

En outre, le développement du système de santé qui va à coup sûr booster le tourisme médical, a pour but d’attirer le maximum de monde possible à venir nombreux se soigner au Cameroun et prochainement dans les villes futuristes du Cameroun au premier rang desquelles le Jardin d’Eden.


Nécrologie: Le Directeur Général de la société d'investissement et de développement des villes futuristes du Cameroun a le regret d'annoncer le décès de Dr Tsala Essomba, Président du Conseil d'administration de la SID S.A Cameroun ; décès survenu le dimanche 18 juillet 2021 à Yaoundé. Le Directeur Général adresse à son épouse et à l'ensemble de la famille si durement éprouvée, les condoléances les plus attristées de tout le personnel auxquelles il associe l'expression de sa profonde compassion.
This is default text for notification bar
SID CAMEROUN

GRATUIT
VOIR